samedi 31 août 2013

Soirées d'évangélisation du groupe Nicanor du Temple Shalom au secteur 21 de Bobo-Dioulasso





Dans le cadre des activités de vacances, les jeunes du groupe Nicanor du Temple Shalom au Secteur 21 de Bobo-Dioulasso organise des activités d'évangélisation auprès des populations du quartier. C'est ainsi que les 16 et 17 Août 2013 les deux premières soirées d'évangélisation ont été organisées à la Cellule de Maison Danaya à Colsama au secteur 21 à la porte de la famille SANON qui abrite la dite cellule. Les soirées d'évangélisation sont précédée par des évangélisation de portes à portes dans les après-midi et à 19h des moments de louange, de prédication et de projection de films chrétiens. Nous n'avons pas pu immortaliser par des images ces deux premières soirée d'évangélisation.

Hier vendredi 30 Août 2013 c'était le tour de la Cellule Espérance de recevoir les jeunes du groupe Nicanor et plusieurs membres de l'Eglise de l'Evangile Intégral de Colsama "Temple Shalom" pour la première de deux soirées d'évangélisation devant la cour de la famille ADJAYA qui abrite cette cellule. Plusieurs jeunes du quartier sont sortis pour venir écouter les merveilleux chants de louange du groupe musical du Temple Shalom, écouter le message de la Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ, livré par l'élève Pasteur NAGALO Robert, et visionner le film "Le retour de la pierre" qui témoignage de la puissance de Jésus-Christ sur les forces occultes.





Malgré la pluie qui goutait, les gens sont resté très nombreux pour voir ce film très touchant que nous avons fini par suspendre à cause de la pluie qui devenait de plus en plus abondante. Promesse a été faite de faire voir la suite du film le lendemain, deuxième soirée d'évangélisation à la Cellule Espérance.
 

jeudi 22 août 2013

Des témoignages de bénéficiaires du projet de programme intégré de développement agropastoral de la FWS








Les productions agricoles du champ pédagogique du projet Wurodinisso se présente bien et sont porteurs de beaucoup d'espoir. La récolte du haricot a commencé et le maïs commence à murir ses graines. Lors de la visite de technicienne en agriculture, Mme BADO Fatimata, avec son collègue de l'élevage, sa satisfaction était très grande de voir tout ce que nous avons pu produire en cette première année d'expérimentation du projet. Elle a aussi pu visiter les champs de production de certains des apprenants pour voir l'application des techniques moderne de production agricole apprises par ces dernier pendant la formation. Le projet a aussi fait bénéficier plusieurs personnes en microcrédits de développement agropastoral et de contresaison. Nous avons recueillie quelque témoignages de bénéficiaires des activités du projet que vous pouvez visionner en ouvrant ces vidéos:

1) SANOU Silas
video

2) SANOU Emmanuel

video

3) SANOU Sogoda Margueritte

video

4) SANOU Philippe

video

5) SANOU Jérémie

video

6) SANOU Boniface

video

jeudi 15 août 2013

Début de récolte du haricot dans le champ pédagogique du projet Wurodinisso à Doufiguisso le 13 Août 2013










La récolte du haricot du champ pédagogique du projet agropastoral de la FWS à Doufiguisso a commencé ce mardi 13 Août 2013. Visiblement cette production a bien donné et la récolte recueillie et rassemblée le montre aussi. C’est un groupe de femmes du village de Doufiguisso qui sont venues offrir leur main d’œuvre pour cette première récolte de cueillette de graines haricot. Il faut souligner aussi que c’est le 8 Juin 2013 que cette spéculation a été semée. Cela fait donc exactement deux mois cinq jours entre le jour des semis du haricot et le jour des premières récoltes de ce haricot. D’autres récoltes seront effectuées sur les même pieds de haricot ; car certaines graines attentent de sécher sur les plantes avant d’être cueillies.







Tous les visiteurs du champ sont bien étonnés de la quantité des graines portées par les semis de ce haricot dans le champ pédagogique du projet. Autant ces semis de haricots ont grand et ont portés beaucoup de feuilles, que les gens ont cueillies pour préparer des sauces pour leurs familles, autant ils ont aussi porté beaucoup de graines sur les nombreuses tiges que les semis ont bourgeonné. Cette première expérience de culture de haricot est un réel succès. D’autres haricots, semés plus tard dans le champ pédagogique du projet, sont entrain de fleurir, ainsi que le maïs et l’arachide qui sont aussi porteur de beaucoup d’espoir.       

jeudi 8 août 2013

Le couple Samuel et Louise SANOU visitent leur champ pédagogique à Doufiguisso le mardi 6 Août 2013
















Le couple Pasteur Samuel et Louise SANOU, accompagné de leur petite fille Jécolia, sont allés faire une visite le mardi 6 Août 2013 dans leur champ pédagogique à Doufiguisso qu’ils sont entrains de réaliser dans le cadre de la œuvre du projet de programme intégré de développement agropastoral de la FWS, dont ils fondateur et co-fondatrice, avec l’accompagnement de SEL France. Malgré que cela faisait plus d’une semaine que la pluie n’était tombée et que cela se ressentait aussi sur les semis en montaison et d’autres en floraisons, mais d’une vue générale, le champ se présente cependant  assez bien et l’espoir d’une bonne production en fin de saison est permis ; si seulement les pluies reprennent sans plus tarder et se poursuivent. Les premiers semis de haricots dans le champ sont entrains de porter des graines et cela en quantité suffisante signe d’une bonne production qui réjouit bien le cœur de tout producteur agricole. Le maïs du champ fleurie et porte des barbes de production de leurs graines qui ne tarderont plus. L’arachide de son côté, fleurie et s’installe suffisamment pour occuper l’espace et faire entrer en terre leurs racines de production de graines. Les tiges de manioc, plantées courant du mois de juillet, commencent à pousser des feuilles, même si cette récolte de manioc est attendue dans une année, juillet 2014. L’expérience de ce champ pédagogique du projet Wurodinisso du couple Pasteur Samuel et Louise SANOU, au village de Doufiguisso, fait école dans la zone ; car beaucoup de personnes en parlent très positivement et y trouvent modèle à suivre. La mise en œuvre des activités agricoles du projet intégré, permet aussi d’apporter grand soulagement à de nombreuses familles ; grâce à l’aide financière offerte à ceux et celles qui viennent offrir leur main d’œuvre pour les travaux de semis et d’entretien du champ. C’est très passionnant le travail de la terre et cela se vérifie aussi que : « La terre ne ment pas !» ; surtout quand on en prend soins et des semis qu’on y sème en suivant les techniques de cultures préconisées par les spécialistes du domaine.