lundi 19 avril 2010

Culte spontané d’action de grâce à Dieu le 18/04/2010 à l’Eglise de l’Evangile Intégral de Colsama















"Chantez avec allégresse à Dieu, notre force! Poussez des cris de joie vers le Dieu de Jacob! Entonnez des cantiques, faites résonner le tambourin, la harpe mélodieuse et le luth! ... J'ai déchargé son épaule du fardeau, et ses mains ont lâché la corbeille. Tu as crié dans ta détresse, et je t'ai délivré; je t'ai répondu..." (Psaumes 81:1,2,7,8).











Les membres de la nouvelle église en implantation, l’Eglise de l’Evangile Intégral de Colsama, qui sont une partie des membres de l'Eglise Evangélique de Colsama "Temple Béthel" et qui ont suivi le Pasteur Samuel SANOU et son épouse Louise pour continuer à les accompagner dans leur ministère et qui ont partagé avec eux pendant plus de huit mois les moments d’épreuves qu’ils ont traversé depuis que l'église du Temple Béthel leur a été retirée de force par les responsables de l’Eglise de l’Alliance Chrétienne du Burkina Faso (EAC/BF) le 26 Juillet 2009, ces membre étaient, le dimanche 18 Avril 2010, en fête sans repas ni boisson, mais tout simplement rassasiés et désaltérés par une bonne nouvelle qui a été pour eux sujet d’une grande joie qu’ils n’ont pu contenir et qui les a amener à transformer le culte de ce dimanche, de manière spontané, en un culte d’action de grâce pour manifester leur joie et leur reconnaissance à Dieu qui a fait pour eux une très grande chose; à savoir : Redonner à leur Pasteur, le Pasteur Samuel SANOU, l'Eglise Evangélique de Colsama "Temple Béthel" dont il est le Père Fondateur suite à la délibération du procès que l'Eglise de l'Alliance Chrétienne du Burkina Faso (EAC/BF) a engagé contre lui pour le faire expulser de l'église du Temple Béthel et qui a été débouté de sa demande par le Tribunal civil de Bobo-Dioulasso lors de sa délibération du Vendredi 16 Avril 2010. En effet comment ne pas se réjouir après une telle nouvelle depuis cette affectation arbitraire subi par le Pasteur Samuel SANOU le 27 Juin 2009, suivie de sa réponse du 12 Juillet 2009 restée sans effet car les Responsables de l’EAC/BF sont venus l’éjecter de la direction de l’Eglise du Temple Béthel dont il est le Père Fondateur le 26 Juillet 2009 et ont continué à poser d’autres actions coercitives afin de le contraindre à quitter son logement au Temple Béthel alors qu’il n’a ni démissionné de cette église ni renoncer à elle et les Responsables de l'EAC/BF sont aller jusqu’à lui adresser des lettres d’injonction le 22 Septembre 2009 pour lui donner un délai de trois mois pour quitter le logement de Pasteur au Temple Béthel et le 22 Janvier 2010 pour l’obliger à libérer le dit logement dans une semaine sinon qu’ils le feraient sortir de là par la Gendarmerie à qui ampliation a été faite de leur correspondance. Cette dernière action a obligé le Pasteur Samuel SANOU à adresser aux Responsables de l’EAC/BF sa réaction en date du 1er Février 2010 avec ampliation à la gendarmerie du secteur 21 de Bobo-Dioulasso. Malgré cette réaction du Pasteur Samuel SANOU, les Responsables de l’EAC/BF ont fait jeter au dehors ses effets du magasin de l'église du Temple Béthel le Dimanche 7 Février 2010 après le culte et pire, sont ensuite venus lui adresser le 24/02/2010, à travers un huissier, une sommation de restituer et quitter immédiatement en libérant le logement de Pasteur de sa personne, de ses biens et de tous occupants de son chef, faute de quoi il y sera contraint par tous voies et moyens de droit, et qu’il lui est fait sommation d’avoir à, immédiatement, restituer à l’Eglise de l’Alliance Chrétienne du Burkina Faso les titres de propriété de la parcelle abritant l’église de Colsama, faute de ce faire, il y sera contraint par tous les voies et moyens de droit. De nouveau, les Responsables de l’EAC/BF sont revenus adresser au Pasteur Samuel SANOU le 10 Mars 2010, à travers le même huissier, une assignation à bref délai et l’inviter à comparaître et se trouver le vendredi 12 Mars 2010 à 8h devant Monsieur le Président du Tribunal de Grande Instance de Bobo-Dioulasso en son Cabinet sis au Palais de Justice de ladite ville, tenant audience de référé, à qui les Responsables de l’EAC/BF ont demandé de condamner SANOU Samuel à payer la somme de cinq cent mille (500.000) FCFA au titre des frais exposés et non compris dans les dépens, et d’ordonner l’expulsion du Temple Béthel, Monsieur (Pasteur) SANOU Samuel, de ses biens et de tous occupants de son chef, ainsi que la restitution les titres de propriété de la parcelle abritant ledit temple dont l’EAC/BF déclare être propriétaire qu’elle dit avoir édifié sur une parcelle sise au secteur 21 de Bobo-Dioulasso, et de condamner le Pasteur Samuel SANOU au dépens. Cette audience initialement prévue le Vendredi 12 Mars 2010 a eu lieu le Vendredi de Pâques 2 Avril 2010 (comme si les Responsables de l’EAC/BF voulaient demander au Président du Tribunal Civil de crucifier le Pasteur Samuel SANOU à l’exemple de Jésus-Christ dont on commémorait ce jour la crucifixion sur une croix au lieu d’accepter que la date soit avancée ou reculer d’une semaine malgré que le Président du Tribunal leur a signifié lors de l’audience du Vendredi 19 Mars 2009 que ce Vendredi 2 Avril 2010, auquel ils voulaient mettre le report au lieu du vendredi 26 Mars 2010 que le Pasteur Samuel SANOU avait proposé pour demandé le report de l’audience pour cause d’absence de son avocat et de ses pièces (preuves qui étaient avec son avocat) ainsi que pour exiger la présence du Président de l’EAC/BF, était un Vendredi de Pâques, mais les Représentants de l’EAC/BF ont préféré ce dit Vendredi de Pâques pour le procès au lieu d’un vendredi avant ou suivant comme si la crucifixion, sans raison valable, du Pasteur Samuel SANOU par un procès, pour le condamner, pouvait expier des péchés de qui? ou satisfaire à qui?). Le Jugement a donc eu lieu ce dit Vendredi de Pâques 2 Avril 2010 en présence de toutes les parties concernées et de leur Avocat et chacun a apporté au Président du Tribunal ses pièces à conviction (preuves). La juridiction du Président du Tribunal de Grande Instance de Bobo-Dioulasso, lors de son audience du 16 Avril 2010, statuant en référé, contradictoirement en matière civile et en premier ressort, a vidé son délibéré dans cette affaire au regard des pièces fournis par toutes les parties et a livré la décision suivante : « Déclarons la demande de l’Eglise de l’Alliance Chrétienne du Burkina Faso recevable en la forme, mais au fond l’en déboutons. Condamnons l’Eglise de l’Alliance Chrétienne du Burkina Faso aux dépens ». Cette décision a été communiquée au représentants de l'EAC/BF et au Pasteur Samuel SANOU dans le bureau du Greffier en Chef au environ de 11h et de plus l'avocat du Pasteur Samuel SANOU par sa correspondance de compte rendu d'audience, du 16/04/2010, qu'il a reçu dans l'après-midi le même jour a communiqué le même contenu de délibéré. Cette nouvelle de la délibération de ce jugement, qui fut favorable au Pasteur Samuel SANOU, ne pouvait laisser indifférant aucun des membres de la nouvelle jeune église en implantation à Colsama, depuis le 15 Novembre 2009, par le Pasteur Samuel SANOU qui avait pour éviter tout affrontement préférer commencer cette nouvelle œuvre en espérant trouver une résolution pacifique de la crise.



























A cette bonne nouvelle, les fidèles de la nouvelle église en implantation ne pouvaient contenir leur joie et leur ouf de soulagement car après plus de huit mois d’épreuves et de persévérance dans la prière confiante et des intercessions au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, Dieu leur redonne l'Eglise Evangélique de Colsama "Temple Béthel" à leur Pasteur, Samuel SANOU, et son épouse, Maman Louise, et à tous les fidèles chrétiens disposés à les accompagner dans leur ministère. Cette joie, ils l’ont manifesté de manière spontanée. C’est ainsi que le culte de ce dimanche 18 Avril 2010 à l’Eglise de l’Evangile Intégral de Colsama, c’est le nom de la nouvelle église en implantation, a été transformé en un culte spécial d’action de grâce car chaque membre de cette église voulait chanter un chant d’action de grâce et danser en honneur du Dieu vivant et vrai, l'Eternel qui est Dieu, qui fait des merveilles et accompli de grandes choses pour tous ceux qui lui font pleinement confiance. Pour accompagner ces moments de louanges et d’actions de grâce, le Pasteur a laissé pour ce dimanche son message du jour de côté et en lieu et place, il a donné une courte exhortation biblique soutenue par la lecture des textes tirés des Psaumes 81 :1-8 ; 89 :1-11. L’effervescence était grande et des gens de passage sur la rue n’ont pas manqué de s’arrêter pour regarder et écouter ces merveilleux chants et voir ces pas de danses en l’honneur de Celui qui en est vraiment digne, à savoir le Dieu véritable qui est souverainement élevé et devant qui tous genoux fléchissent dans le ciel et sur la terre car c’est de lui que tous tirent le souffle de vie et la force opérationnelle et productive. Les membres de cette nouvelle assemblée étaient littéralement vivre de joie et de reconnaissance mais arrivaient cependant à se contrôler sans faire aucun débordement; car le Saint-Esprit de Dieu qui déversait cette joie dans leur cœur, n’est pas un Dieu de désordre mais d’ordre. Près de vingt chants et cantiques de louange et d’action de grâce ont été chantés en ce seul culte qui a duré de 8h30 à 11h. Personne ne pouvait arrêter cette merveilleuse manifestation de joie naturelle, pure et contagieuses ; à moins que l’Esprit qui soufflait cette joie ne trouve pas place dans ce cœur, et un tel cœur indifférent, il n’en existait pas ce jour dans l’assemblée à l’Eglise de l’Evangile Intégral de Colsama. Tous, même les plus timide ont manifesté d’une manière où d’une autre leur joie car personne ne pouvait contenir sa joie. Le Pasteur, pour mettre fin à ce culte spontané d’action de grâce, a dû supplier les membres de l’assemblée de bien vouloir accepter de garder le reste de cette joyeuse effervescence de louange et d’action de grâce pour le premier culte de retour au Temple Béthel dont la date leur sera communiquée au moment opportun.



















Cette grande joie de cette assemblée et son Pasteur se comprend bien quand on a connaissance du chemin parcouru avant la réception de cette bonne nouvelle par eux, à savoir que leur Pasteur pourra à nouveau reprendre son ministère à l'Eglise Evangélique de Colsama "Temple Béthel" tout en continuant l’implantation de la nouvelle église ouverte le 15 Novembre 2009 et que toutes ces deux églises seront membres de l’AEEI (l’Alliance des Eglises de l’Evangile Intégrale) constituée le 11 Décembre 2009. C’était vraiment un sujet normal d’une très grande joie dans l’entourage du Pasteur Samuel SANOU et son épouse Louise. Eux et tous les fidèles de leur entourage rendent toute la gloire à Dieu qui leur reste toujours fidèle et qui les tire de toutes les épreuves même lorsque leur vie est mis en péril comme dans la présente épreuve où les Responsables de l’EAC/BF en venant occuper l'église du Pasteur Samuel SANOU au Temple Béthel contre son gré le 26 Juillet 2009 non seulement ont bloqué l’accomplissement normal de son ministère, mais aussi ont mis en péril sa vie et celle de toute sa famille en les privant depuis Août 2009 d’avoir droit à un soutien financier pour pourvoir aux besoins de sa famille, même pas un soutien de survie ne leur a été donné voilà plus de huit mois ; exactement comme l'EAC/BF l’avait déjà fait en Juin 1990 où elle avait arrêté tout soutien financier au couple Pasteur Samuel SANOU huit jours seulement après la naissance de l’église de Colsama (qui est devenu plus tard Temple Béthel que l’EAC/BF est venue de nouveau retirer de force) et c'est au péril de leur vie que le Pasteur Samuel SANOU, son épouse et sa famille sont arrivés à amener cette église à l'existence et l'amener à se développer pour devenir l'objet de toutes les convoitise et de jalousie et que les Responsables de l'EAC/BF veullent l'a leur arracher pour servir certains de leurs leaders comme si ceux-ci avaient plus de mérites que le Pasteur Samuel SANOU qui a aussi tant servi l'EAC/BF. Tous le savent bien, le verdict rendu par le Tribunal Civil de Grande Instance de Bobo-Dioulasso le 16 Avril 2010 dans cette affaire est juste. Car personne ne peut nier le fait que c’est le Pasteur Samuel SANOU qui est le Père Fondateur de l'Eglise Evangélique de Colsama "Temple Béthel" que l’EAC/BF veut lui retirer à tout prix. De plus, aucune des deux parcelles qui habritent l'église du Temple Béthel dont l'EAC/BF se déclare être propriétaire n’est au nom de l’Eglise de l’Alliance Chrétienne du Burkina Faso. Et au delà de tout cela, l’EAC/BF n’a apporté aucune contribution significative pour aider le Pasteur Samuel SANOU dans la réalisation des infrastructures qui sont sur ces deux parcelles. Lors de l'audience les Responsables de l'EAC/BF n’ont apporté au Président du Tribunal la moindre pièce à conviction qui prouve que l'EAC/BF est propriétaire des lieux qu’elle revendique, ni même apporter la moindre preuve que l'EAC/BF a apporter telle contribution financière à la réalisation des différentes infrastructures qui sont sur ces deux parcelles qu'elle veut retirer de force et par les moyens de droit au Pasteur Samuel sans aucune preuve mais en clament tout simplement que l'EAC/BF est propriétaire. Tous le savent, que c’est grâce au soutien et à l’appui de ses amis et partenaires que le Pasteur Samuel SANOU a pu réaliser tout ce qui existe sur le terrain de l’Eglise Evangélique de Colsama « Temple Béthel », et lors du jugement il a apporté les preuves au Président du Tribunal et copies ont été faites de toutes les pièces à l’EAC/BF et son Avocat qui n’ont remis en cause l’authenticité d’aucune des preuves livrées par le Pasteur Samuel SANOU au travers de son conseil, Etude de Maître OUEDRAOGO Constantin, Avocat à la Cour, ni nier aucune des déclarations faites par le Pasteur Samuel SANOU au Tribunal pour éclairer le Président du Tribunal sur la situation. A Dieu soit toute la gloire pour le verdict rendu par le tribunal. C'est au Dieu vivant que le Pasteur Samuel SANOU et toute sa famille et tous les fidèles qui les accompagnent dans leur ministère redonnent toute la gloire car c'est l'Eternel Dieu qui par ce verdict rendu les a consolé dans cette détresse. Merci à la justice de notre pays le Burkina Faso qui a été l’instrument dont Dieu c’est servi pour faire justice à son serviteur et ainsi glorifier son nom d’être le défenseur des faibles et des sans voix. C'est le Divin Avocat et Divin Juge qui éclaire et conduit Avocat humain et le Juge humain qui sont tous à son service. C’est donc en l’honneur du Dieu Tout-puissant que ce culte d’action de grâce spontané a été défié à l’Eglise de l’Evangile Intégral de Colsama en attendant l’organisation d’un culte d’Action de Grâce à l’honneur de Dieu qui aura lieu le premier Dimanche du retour de Pasteur Samuel SANOU à l’Eglise Evangélique de Colsama au Temple Béthel pour y reprendre son ministère. Il est certain que le présent culte d’action de grâce a été un parfum d’agréable odeur qui est monté à Dieu et qui s’en est réjouis et tous les saints anges avec lui. Car ces expressions de joie et d’actions de grâce, émanaient des cœurs sincères et vraiment reconnaissants à Jésus-Christ que les fidèles de cette jeune église ont chaque fois proclamé à chaque culte d’être vivant, toujours le même et pleinement suffisant !!! Ce dimanche 18 Avril 2010, les fidèles de cette nouvelle église en implantation, venaient de réaliser que cette proclamation de foi en Jésus-Christ, n’était pas de vains mots et leur réalité peut se vérifier dans tous les domaines de notre existence même lorsque nous sommes entraîné injustement devant les tribunaux de ce monde à qui l’on demande de vous condamner non pour un mal mais pour un bien fait, pour la réussite, avec l’appui de Dieu, de votre ministère qui suscite jalousie et rivalité. Le Seigneur même devant les tribunaux sait défendre notre cause pour glorifier son nom car c’est lui le juste Juge et le défenseur par excellence. Il ne peut pas manquer de conduire les juges de ce monde pour trancher selon son cœur en faveur de la cause juste d’un (e) de ses bien-aimé (e) à cause de l’alliance qu’Il a fait avec cette personne sur la base de sa foi en sa Parole et en ses promesses qui en découlent. Ce Dieu qui honore son nom par l’exhaussement des prières de foi en ses promesses, est vraiment digne de nos actions de grâce. C’est bien ce qui justifie un tel culte spontané d’actions de grâce suite à la pensée de savoir que l’église du Temple Béthel qui avait été retirée de force de son Père Fondateur, leur Pasteur, lui sera de nouveau restituée. C’est comme une résurrection à l’image de celle de Jésus-Christ après sa crucifixion sur une croix. Déjà le vendredi 16 Avril 2010, jour même de la délibération du jugement en question, lorsque la bonne nouvelle a commencé à circuler que le procès (en référé) a été favorable au Pasteur Samuel SANOU, en un peu plus d’un quart d’heures, plusieurs des membres de cette nouvelle église en implantation, sont venus spontanément se rencontrer dans la famille du Pasteur Samuel SANOU sans s’être donnés rendez-vous, et c’est là que la fête avait déjà commencée par des crie de joie avec des : Alléluia !!!, Gloire à Dieu !!! et des chants d’allégresse et même des danses et des accolades étaient des ingrédients des prémices de cette fête d’action de grâce à Dieu qui s’est poursuivi le Samedi 17 Avril 2010 à l’église lors de la répétition de la chorale en dioula transformée spontanément par les femmes de l'église en soirée de réjouissance et de louange à Dieu pendant près de trois heures de temps d’horloge. On pouvait déjà s’imaginer l’ambiance de joie qui allait prévaloir lors du culte le lendemain dimanche 18 Avril 2010. Cette manifestation spontanée de joie avec des danses ressemble à celle que Myriam, sœur de Moïse et d’autres femmes ont fait à l’honneur de l’Eternel après le miracle de la traversée de la mer rouge lorsque le peuple d'Israël étaient en fuite du devant Pharaon et son armée qui a été engloutie dans les eaux de la mer et le peuple d’Israël qui s'est retrouvé en sécurité sur l’autre rive après avoir traversé à sec la mer. Vous qui avez priez avec le Pasteur Samuel SANOU et sa famille et leurs proches pour les soutenir dans ces moments de grandes épreuves, c’est le moment non seulement de vous dire un Grand Merci, mais aussi de vous inviter à vous réjouir avec eux du grand résultat de vos prières et de rendre des actions de grâce et de louange à notre Dieu qui a exhaussé nos prières. Chantez-lui aussi à votre manière vos chants de reconnaissance pour dire merci à notre Seigneur Jésus-Christ qui est vraiment vivant, toujours le même et pleinement suffisant!!! Bénissons son glorieux nom. Amen !!! A Dieu soit toute la gloire!!! Ne manquons pas de prier pour que Dieu guérisse en panse les blessures et pour l'amour et le pardon véritables seuls capables de guérir des blessures profondes nées d'une telle crise qui a fait grand mal au Corps de Christ et qui a déjà trop durée depuis qu'elle a été créée et entretenue. Le fait que cette crise arrive à son terme par ce délibéré doit être cependant un sujet de grande joie. Tirons-en tous des leçons dans la prise des décisions au sein de l'Eglise à quelque niveau que ce soit pour que de telles crises soient évitées au Corps de Christ qui en est meurtrie. Nous espérons que les Responsables de l'EAC/BF ne feront pas appel de cette décision, tranchée, de la justice de notre pays qui permet de mettre fin à cette crise. Nous vous dirons dans les jours à venir quand et comment notre premier culte de retour du Pasteur Samuel SANOU a eu lieu au Temple Béthel. Pour cet effet, nous espérons que les responsables de l'EAC/BF après cette décision de justice retirerons au plus vite du Temple Béthel les deux Pasteurs qu'ils sont venus substituer au Pasteur Samuel SANOU contre son gré. Nous espérons aussi que les autorités judiciaires mettront à notre disposition dans un délai raisonnable la l'ordonnance de la décision de justice pour éviter tout rebondissement et permettre au Pasteur Samuel SANOU de reprendre son ministère dans cette église du Temple Béthel à Colsama au Secteur 21 de Bobo-Dioulasso dont il est le Père Fondateur et travailler à unir les membres de cette église que cette crise a dispersés. Les vraies brebis connaissent et entendent la voix de leur berger et répondent à son appel. Elles ne manqueront donc pas à se rassembler à nouveau autour de leur berger, le Pasteur Samuel SANOU et son épouse Louise. A bientôt pour d'autres nouvelles sur l'évolution de la situation que nous espérons seront encore de bonnes nouvelles. Que Dieu vous bénisse. Amen!


" Qu'Il te donne ce que ton cœur désire, et qu'Il accomplisse tous tes desseins! Nous nous réjouissons de ton salut, nous lèverons l'étendard au nom de notre Dieu; l'Éternel exaucera tous tes vœux. Je sais déjà que l'Éternel sauve son oint; Il l'exaucera des cieux, de sa sainte demeure, par le secours puissant de sa droite. Ceux-ci s'appuient sur leurs chars, ceux-là sur leurs chevaux, nous, nous invoquons le nom de l'Éternel, notre Dieu. Eux, ils plient, et ils tombent; nous, nous tenons ferme, et resterons debout" (Psaumes 20:5-9).



video

video

lundi 5 avril 2010

Première Pâques à l'Eglise de l'Evangile Intégral de Colsama


« Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi : Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28 :18-20).














L’Eglise de l’Evangile Intégral de Colsama
qui est membre de l’AEEI (l’Alliance des Eglises de l’Evangile Intégral) du Burkina Faso, a célébré sa première Pâques à travers plusieurs activités qui ont été organisées, à l’occasion, du Vendredi 2 au Dimanche 4 Avril 2010. Ouvrir ce lien pour lire la suite : Pâques 2010 à l’Eglise de l’Evangile Intégral de Colsama